Back to top

Que l’on aille à Venise, Naples ou Rome, l’Italie a pour particularité ses piazza, campo et via si traditionnels. Mais la capitale romaine possède parmi les plus belles places au monde, oscillant entre Histoire, religion, arts et majesté. 

Via Appia Antica

appia
Si tous les chemins mènent à Rome, celui-ci est le plus ancien : construite en 312 av. J.-C. Du long de ses 500 km, cette voie antique relie Rome et les pouilles, traversant les terres de la Campanie et de la Basilicate et longeant la splendide côté tyrrhénienne. Une balade historique et bucolique à ne pas rater. 
À pieds, la Via Appia Antica est hors du temps : il n’est pas surprenant d’y croiser un berger jouant de son picolo, accompagné de son troupeau de brebis. Tous les 10 mètres, des vestiges antiques, des villas magnifiques et des allées de cyprès et de pins parasols rendent le voyage enchanteur, chantant avec écho ce célèbre adage « ce n’est pas la destination qui importe, mais le chemin que l’on emprunte pour y arriver ». 

Campo de’ Fiori 

campo
A mi-chemin entre Trastevere et piazza Navona, il Campo de’ Fiori, littéralement « le champs de fleurs » est une des places les plus célèbres de Rome. Autrefois, si l’un des plus grands marchés de la ville s’y tenait, il est aujourd’hui plus mais reste l’un des plus typiques et charmants.
Si cette place est si connue, c’est parce que trône en son centre une étrange statue. Celle-ci représente, Giordano Bruno, un philosophe du 16e siècle ayant été brûlé vif par l’Église, condamné pour hérésie sur cette même place pour soutenir les théories de non-création du monde ainsi que de la non-virginité de Marie. Philosophe, mathématicien, auteur de pièces de théâtre, Giordano Bruno a été l’un des pionniers en matière d'astronomie, théorisant l'héliocentricité de la Terre par rapport au Soleil. 

Piazza di Spagna

spagna
Il n’y a pas plus symbolique et romantique pour des amoureux que la place d’Espagne à Rome. Véritable carte postale de la ville, cette place enivre romains, romaines et touristes.  Le poète romantique John Keats y mourut en février 1821, comme un symbole. 
Romantique mais également politique et historique ; la place d’Espagne fut surtout un lieu de rivalité diplomatique entre la France, l’Espagne et la Vatican. L’installation de l’autorité espagnole auprès du Vatican sur la place a transformé le lieu… en territoire espagnol, où les lois de Rome n’étaient pas appliquées.

Piazza Navona

nano
La piazza Navona évoque plusieurs aspects de Rome. Située près du Panthéon dans le centre historique de Rome, elle est construite sur le site d’un stade antique. De style baroque, elle fait assurément partie des plus belles places de Rome.
Elle abrite la fontaine des Quatre-Fleuves qui cache une symbolique particulière. Œuvre majeure de Bernini, la fontaine est surmontée d’un obélisque massif venu du cirque de Maxence, rapporté d’Egypte. Des colombes sont sculptées tout autour et au sommet de cet obélisque. Elles représentent la paix… mais aussi la famille Pamphili, une famille riche et puissante, désireuse de se trouver au centre de Rome et, de surcroît, au centre du monde. Devant cette fontaine se trouve l’église Sainte Agnès ; elle est l’œuvre de Francesco Borromini, le rival de Bernini.

Piazza del Popolo

popolo
Située au nord de la ville, la place du peuple a été conçue autrefois pour aérer Rome : elle est l’une des plus grandes places de Rome. En son centre est érigé un obélisque, fier et imposant, tel un phare au milieu d’un océan. La terrasse du Pincio offrira aux touristes curieux l’une des plus belles vues sur Rome ainsi que sur le Vatican. Cette place est le centre névralgique de la ville éternelle : les rues les plus touristiques et les plus commerçantes de la ville prennent leur source ici. Beaucoup de chanteurs et d’artistes de rue viennent faire vivre la place l’été.
Une légende est fortement liée à cette place ; Néron, le dernier empereur de la dynastie Julio-Claudienne, y serait enterré sous un noyer. Les habitants du quartier, terrorisés par le fantôme de l’empereur, firent appel au pape Pascal II, le créateur de l’ordre des templiers, qui fit déraciner l’arbre. Les restes de Néron finirent dans le Tibre et à la place de l’arbre, on érigea planta une chapelle dans l’actuelle église Santa Maria del Popolo.

Piazza della Rotonda

roton
Pièce maîtresse de la place, le Panthéon se dresse sur son flanc sud. Tout autour de la place se trouvent des cafés en terrasse, l’endroit idéal où s’asseoir et regarder les passants et les monuments voisins. 
Sur cette place pleine de charme se tenait au 19e siècle un marché. Des colporteurs venaient y vendre toute sorte de produits, des oiseaux en cage aux poissons en passant par des légumes. Mais le Pape Pie VII décida de faire évacuer ce marché et de faire construire une place à la hauteur de ses ambitions. Au cœur de la place se trouve maintenant la somptueuse fontaine du Panthéon, conçue en 1575 par Giacomo della Porta, surmonté d’un obélisque égyptien érigé en 1711 par Filippo Barigioni. 
Le Panthéon est l’un des monuments les plus emblématiques de la Rome antique, construit sous le règne de l’empereur Hadrien. Il est impératif de prendre le temps d’admirer le portique d’entrée grandiose avec sa colonnade de 16 colonnes corinthiennes. Ce temple consacré aux dieux classiques fut converti en 608 en église chrétienne et renommée Basilica collegiata di Santa Maria ad Martyres. 

Piazza di Trevi

trevi
La Piazza di Trevi est sûrement la plus célèbre et la plus visitée de rome puisqu’elle abrite la fameuse fontaine de Trevi, elle-même la plus grande et une des plus célèbres fontaines de Rome. Réalisée entre 1732 et 1762, par Nicolas Salvi et Giuseppe Pannini, elle a été commanditée par le pape Clément XII.
Adossé au Palazzo Poli, ce chef-d’œuvre de style baroque, tout en marbre et en travertin, affiche des dimensions colossales (20 mètres de large pour 26 mètres de haut) et des courbes harmonieuses, presque érotiques. La tradition veut que l’on jette une pièce dans son bassin. 
Ce monument est une allégorie de l’océan. Neptune, le dieu de la mer, trône fièrement sur un char en forme de coquillage tiré par deux chevaux ailés. Des sculptures en marbre représentant la Salubrité et la Prospérité encerclent le dieu.