Cuzco, le « nombril du monde » en langue quechua, n’est pas uniquement le point d’accès vers le mythique Machu Picchu. Cette ville perchée à quelque 3 360 mètres d’altitude abrite nombre de musées, d’églises et de marchés fourmillant de vie. Ses environs, entre nature verdoyante et ruines incas, valent eux aussi le détour.

Visitez les musées de Cuzco

visitez-les-musees-de-cuzco

Obtenez d’abord le « boleto turistico », qui vous ouvre les portes, selon la formule retenue, des musées et/ou de quelques points d’intérêt autour de Cuzco. Commencez par explorer le Musée historique régional, qui vous dévoile le passé de la ville et du Pérou, du temps de la libération de l’occupant espagnol. La visite s’achève dans une salle dédiée à l’histoire du jouet, présentée de façon instructive et ludique.

Ensuite, pénétrez dans l’enceinte du Musée archéologique, qui regroupe des collections de plusieurs époques, de l’ère pré-inca à la résistance contre le colonisateur. Le musée d’Art précolombien, quant à lui, recèle de beaux objets issus de multiples civilisations, dont celle des Moches.

Enfin, autorisez-vous une parenthèse gourmande au Musée du chocolat. Gratuit, il explique l’histoire et la fabrication de ce mets prisé par les Incas, les Mayas et les Aztèques. On vous offre ici un bol de chocolat chaud et vous pouvez goûter à différents parfums, dont le chocolat épicé, un délice pour les papilles. Des stands situés à la sortie du musée vous permettent d’acheter votre tablette favorite.

Poussez la porte des églises et de la cathédrale

poussez-la-porte-des-eglises-et-de-la-cathedrale

Cette fois-ci, munissez-vous du « boleto religioso », qui vous donne accès aux monuments religieux de la ville pendant 10 jours. Ne manquez pas de faire un détour par la cathédrale de Cuzco, le symbole de la cité, qui se dresse sur la Plaza de Armas. Les Espagnols ont mis plus de 100 ans à la construire. Pour cela, ils ont utilisé des pierres provenant d’anciens édifices incas, dont ceux de Saqsaywaman, une volonté du colonisateur d’imposer sa culture. L’intérieur fastueux révèle de nombreux objets en argent et en or, ainsi que des peintures de l’école de Cuzco.

Autre immanquable, l’église de la Compagnie de Jésus, sans nul doute la plus admirable du Pérou. Sa façade baroque soigneusement ouvragée cache des salles tout aussi somptueuses, richement soulignées d’or et savamment éclairées, ainsi qu’un orgue d’une beauté indicible.

N’oubliez pas de vous arrêter à l’église San Francisco pour une visite des plus insolites. S’y nichent un musée et des cryptes où se trouvent des poésies rédigées à l’aide d’ossements, en témoignage du caractère éphémère de la vie.

Découvrez la gastronomie péruvienne sur les marchés

decouvrez-la-gastronomie-peruvienne-sur-les-marches

Avec une gastronomie réputée pour être la plus diverse et la plus raffinée du continent sud-américain, notamment préparée à partir de plusieurs milliers de variétés de pommes de terre et quelques dizaines d’espèces de maïs, Cuzco se découvre également côté cuisine. Pour déguster les produits typiques, direction les marchés de la ville, qui rivalisent de couleurs et de senteurs. Effectuez une première halte au marché couvert de San Pedro, où vous attabler et savourer un ceviche traditionnel. Ce plat mêle patate douce et poisson cru mariné dans du citron vert, relevé de piment et d’ail. Un vrai régal ! Pour le dessert, flânez entre les étals bigarrés des marchands de fruits et demandez aux propriétaires des stands de vous couper une mangue. Textiles et bijoux en macramé sont vendus plus loin, à des prix souvent dérisoires. Voilà une bonne occasion de faire le plein de souvenirs pour gâter vos proches à votre retour.

Moins touristique, le marché de Wanchaq, où les habitants viennent s’approvisionner, vous réserve un accueil plus chaleureux. Prenez votre courage à deux mains pour traverser la section boucherie dans laquelle les morceaux de viande sont accrochés en plein air, avant de vous asseoir au comedor. On vous y propose, par exemple, de l’Andino, un fromage local qui n’a rien à envier à ses cousins français.

Déambulez dans les quartiers de Cuzco

deambulez-dans-les-quartiers-de-cuzco

Ville coloniale, Cuzco frappe par le métissage de son architecture, comme vous vous en rendez compte en passant d’un quartier à l’autre. Les constructions reposent le plus souvent sur des fondations en pierre datant de l’époque inca, tandis que les façades ont été remaniées par les Espagnols. Dans le quartier de San Blas, vous êtes transporté sur une île grecque, entre les maisons blanches et leurs volets peints en bleu, les ruelles tortueuses qui semblent monter tout droit vers le ciel et les petites églises. Vous pouvez jouir d’une vue à couper le souffle sur Cuzco et vous allonger au soleil sur le mirador de San Blas. Arpentez les rues pavées du quartier de San Cristobal, au charme suranné irrésistible. Lui aussi vous offre des vues extraordinaires sur la cité blottie au creux des montagnes. Le quartier historique dissimule le temple inca de Qorikancha, ou temple du Soleil. Le jardin solaire, la symétrie parfaite des salles et les portes à double armature ne vous laissent pas indifférent.

Remontez le temps à travers les sites incas

remontez-le-temps-a-travers-les-sites-incas

La région de Cuzco concentre un nombre impressionnant de ruines incas à visiter à votre rythme, en 4x4, en minibus ou au pas d’un cheval. Commencez par Saqsaywaman, que les guides du coin surnomment « sexy woman » pour faire rire les touristes. Impossible de ne pas se sentir minuscule devant les blocs de pierre énormes qui forment cette forteresse cérémonielle. Le plus gros pèserait 350 tonnes, impressionnant pour le peuple inca, qui, paraît-il, ne connaissait pas la roue… Cap ensuite sur la vallée sacrée et Ollantaytambo, un site très bien préservé dont votre accompagnateur vous conte les secrets. Outre l’immensité des terrasses, vous pouvez en apprendre plus sur les styles correspondant aux époques successives, et contempler des visages sculptés dans la montagne, des monolithes ou encore des greniers-frigo. Quelque 260 marches vous séparent du sommet de la forteresse, à 2 850 mètres d’altitude. À la clé de cet effort : une vue stupéfiante sur l’ensemble du site.

Dernière étape, les incontournables salines de Maras. Creusées dans le relief et se déclinant dans un camaïeu de bruns, elles sont particulièrement photogéniques.
sel-de-Maras,-la-Vallée-sacrée-des-Incas,-au-Pérou