Back to top

Surnommée le joyau des Caraïbes, Carthagène des Indes est la ville la plus touristique de Colombie. Riche d’un passé et d’une culture uniques, elle recèle des trésors d’architecture qui éblouissent tous les visiteurs. Elle est accessible par avion, en moins d’une heure de vol depuis Bogota, la capitale de la Colombie. Nous vous emmenons à la découverte de l’histoire d’une cité aux couleurs flamboyantes.

La fondation de Carthagène des Indes

riviere-carthagene

Carthagène des Indes représente, avec Santa Marta, l’une des toutes premières cités coloniales créées en Amérique du Sud par les Espagnols. Après une reconnaissance initiale de la baie par un ancien compagnon de Christophe Colomb au début du XVIe siècle, c’est le conquistador Pedro de Herredia qui fonde la ville le 1er juin 1533.

Celui-ci choisit Calamari, un village amérindien abandonné, niché à l’ouest de l’embouchure du Rio Magdalena, sur la côte nord du futur état colombien. Ce site stratégique, constitué d’un ensemble d’îles bordées par la mer des Caraïbes, forme un port naturel idéal. Le nom de « Cartagena de Indias » fait référence à la ville de Carthagène en Espagne.    

La florissante époque coloniale

vieille-ville-carthagene

En à peine quelques années, Carthagène des Indes devient l’un des ports majeurs de l’empire espagnol et le principal point d’accès aux Andes. C’est ainsi que les colons pénètrent jusqu’au Pérou. L’or des tribus précolombiennes, les émeraudes et les esclaves transitent par cette plaque tournante du commerce entre ce continent, les Caraïbes et l’Europe. 

La cité s’enrichit considérablement. Les nobles espagnols et les capitaines des navires édifient de magnifiques palais coloniaux. Ces bijoux d’architecture se dressent toujours aujourd’hui dans le ravissant centre historique de Carthagène, un haut lieu du tourisme en Colombie. La plupart d’entre eux se sont transformés en hôtels de luxe, en restaurants ou en musées. 

Se promener dans les ruelles charmantes bordées de façades multicolores et de balcons fleuris offre un voyage dépaysant dans le passé prospère de la cité. Au détour de l’une d’elles, vous tomberez sur une petite place ombragée ou une sublime église, comme celle de San Pedro Claver, l’apôtre des esclaves arrachés à leur Afrique natale et débarqués à Carthagène. 

Rendez-vous ensuite au musée de l’Or Zenu situé sur la Plaza de Bolivar pour vous émerveiller devant des objets inestimables datant de l’époque précolombienne. Juste en face, vous pourrez découvrir l’histoire de la cité dans le musée du Palais de l’Inquisition. 

Si vous souhaitez admirer des pierres précieuses, il faudra sortir du centre pour visiter le musée de l’Émeraude et de la bijouterie dans le quartier moderne de Bocagrande. Ses gratte-ciel ultramodernes construits sur un bras de terre contrastent étonnamment avec les anciens édifices du centre-ville. 

Une cité fortifiée

fort-bocachica-carthagene

La richesse de Carthagène attise rapidement la convoitise d’autres puissances coloniales, comme la Grande-Bretagne et la France, mais aussi celle des pirates. Les Espagnols construisent donc de hautes murailles de 12 km de long pour se protéger des attaques. Carthagène se transforme en cité imprenable. Elle possède l’un des systèmes de fortifications militaires les plus performants d’Amérique du Sud. Le centre est d’ailleurs toujours surnommé « ciudad amurallada », soit ville fortifiée.

Le musée des Fortifications qui se trouve à l’intérieur du rempart de Santa Catalina retrace l’édification de ces murailles. Les amateurs d’histoire de piraterie ne manqueront pas de visiter le musée naval des Caraïbes, à proximité de la jolie Plaza Santa Tereza.

Les murailles de Carthagène sont classées au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO depuis 1984. Le drapeau de la Colombie et le blason de la ville flottent fièrement sur les remparts de Santo Domingo, au niveau du célèbre Café del Mar. C’est ici que se retrouvent touristes et locaux au moment du coucher du soleil sur la mer des Caraïbes pour se délecter du spectacle. 

À l’extérieur du centre, la forteresse San Felipe de Barajas, construite au XVIIe siècle, et le fort San Fernando de Bocachica, datant du XVIIIe siècle, font partie des monuments incontournables à découvrir lors de votre visite. 

L’époque républicaine

centre-historique-carthagene

Carthagène des Indes a gagné le précieux titre de « l’Héroïque ». Il s’agit en effet de la première ville à avoir proclamé son indépendance de la couronne espagnole le 11 novembre 1811. S’en est suivie une décennie de guerre entre royalistes et républicains avant d’obtenir la libération finale, menée par Simon Bolivar, surnommé « le Libérateur ». C’est l’une des figures les plus importantes de la Colombie. Sa statue trône d’ailleurs sur la place éponyme au cœur du centre-ville. 

Cette période a laissé des traces dans l’architecture de Carthagène. En vous promenant, vous remarquerez que les bâtisses de style colonial côtoient les édifices républicains dans une même rue. L’ensemble de la ville fortifiée est classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. La Colombie l’a également distingué en le déclarant « Héritage national » en 1959. 

Le quartier animé de Getsemani

tour-horloge-carthagene

Terminez votre visite du centre historique devant la ravissante Torre de Reloj, la tour de l’horloge, qui représente la porte principale. Elle vous permettra de vous rendre à Getsemani, l’ancien quartier des esclaves, tassés en dehors des remparts. C’est ici que la vie bat son plein et que vous pourrez vous imprégner de l’ambiance populaire carthagénoise, beaucoup plus authentique. 

La Plaza Santisima Trinidad incarne le cœur du quartier. Promenez-vous à travers les ruelles aux façades repeintes par des artistes locaux. Les amateurs de street art en prendront plein les yeux. Dès la tombée de la nuit, vous serez emporté par le son de la salsa, les terrasses en fête et les animations qui se déroulent à tous les coins de rue. 

Après avoir exploré le centre historique de Carthagène en Colombie et le quartier de Getsemani, prenez de la hauteur pour saisir la beauté de ce site unique. Embarquez dans un taxi en direction du monastère de la Popa qui surplombe la ville depuis une colline de 150 m d’altitude, à une dizaine de kilomètres du centre. La vue panoramique exceptionnelle achèvera de vous séduire.