Du sucré au salé, la culture street food est très présente à São Paulo. Dans cette fourmilière brésilienne de plus de 22 millions d’habitants, les paulistanos viennent prendre leurs snacks dans les stands installés aux coins de rue. Zoom sur 5 casse-croûtes qu’on peut trouver dans la plus grande ville du Brésil.
 

Pastel
 

Pastel brésilien à déguster dans la rue

Les pastels à la pâte feuilletée frit sont un incontournable sur les marchés brésiliens. En croquant dans ce snack rectangulaire et croustillant, vous tomberez une des nombreuses garnitures que le pastel peut contenir : du fromage, du bœuf haché ou les ingrédients d’une pizza.
Selon la légende urbaine, le pastel serait arrivé au Brésil avec l'immigration japonaise - la plus grande diaspora japonaise est installée au Brésil-. Ils auraient adapté les rouleaux de printemps chinois pour les vendre sur les étals de rue afin de gagner leur vie.


Coxinha
 

Coxinha au poulet

Des stations-service, aux boulangeries en passant par les bars et les restaurants, vous trouverez la Coxinha partout. Cette pâte de farine de blé frit fourrée généralement au poulet ou au fromage est à déguster à chaque fois qu’un petit creux se fait sentir. Vous la reconnaîtrez à sa forme de goutte d’eau.


L’açaï
 

L'açaÏ en glace

L’açaï est une baie pourpre poussant sur les branches du palmier pinot que l’on trouve en Amazonie. Depuis les années 90, l’industrie alimentaire l'a popularisé sous forme de crème glacée en jouant sur ses propriétés antioxydantes et énergisantes. On sert souvent la glace açaï garnis de fruits et de sirop ce qui la rend un peu moins « saine ». Dans l’État brésilien du Pará, on le consomme depuis toujours en purée comme plat principal accompagné de viande ou de poisson. 


Pao de Queijo
 

Pao de queijo

Du manioc pour le petit-déjeuner, sous une forme un peu transformée, il est vrai. Les pao de queijo sont des boulettes de pain de manioc fourrées au fromage que les Brésiliens achètent généralement en boulangerie en matinée. Ils viendraient de l’État brésilien du Minas Gerais au centre du Brésil. Le peuple indigène Guarani pilait du manioc pour en faire de la farine. Plus tard, les esclaves africains sur le territoire en consommaient également. Souvent dans un souci de ne gaspiller aucune source de nourriture, ils raclaient les bols de farine pour en faire des boulettes. Cette collation historique s’est ensuite répandue dans tout le pays en y rajoutant du lait, des œufs et du fromage.
 

Caldinho de Feijão
 

Caldinho de feijao

Prendre une soupe à la plage ? Au Brésil c’est possible. Le caldinho de feijão est une soupe de haricots, rouge ou noir. A São Paulo, même si la plage n’est pas très près, vous la trouverez dans des bars quand vous aurez besoin de vous réchauffer en hivers.