De Strasbourg à Hendaye et de Brest à Menton, l’Hexagone regorge de « parlers » locaux autrement appelés patois. Supplantés par le français, ces idiomes régionaux n’ont pourtant pas dit leur dernier mot. En effet, nous sommes nombreux à faire vivre ces dialectes par le biais d’expressions et de dictons encore bien vivaces dans le vocabulaire contemporain. Pour en avoir un petit aperçu, prenons en exemple quatre patois français et leurs expressions les plus connues.

Le Chti’ mi et le patois savoyard : deux langues sans frontières

le-chti-mi-et-le-patois-savoyard-deux-langues-sans-frontieres

Dans le nord de la France et plus précisément dans les régions Nord–Pas-de-Calais et Picardie, ainsi que dans la Province du Hainaut (Belgique), on parle le picard, le patois du Nord ou le « Ch’timi ». Pour ne pas vous faire traiter de boubourse (idiot), voici quelques mots à retenir avant de partir à Béthune ou à Calais. 
Si votre interlocuteur vous demande Cha va tisot ?, c’est qu’il prend de vos nouvelles (« ça va, toi ? »). En revanche, un Freume tin clapet ! signifie qu’il veut mettre un terme à la discussion. En somme, il vous enjoint de vous taire !

En repartant vers le sud-est, petit coup de projecteur sur le patois savoyard, la langue des cimes.
Dérivé du franco-provençal, du vieux français et du français de Suisse, le patois savoyard se pratique d’Annecy à Chamonix et de Val Thorens à La Forclaz. Afin de ne pas passer pour un Monchu (un touriste), voici quelques incontournables à consigner sur vos tablettes.
Adieu ne veut pas dire qu’on vous souhaite bon vent. Au contraire, on l’emploie ici pour dire bonjour. « Au revoir » se dit A’rvi pâ. Si vous partez skier en Savoie, le mot peuf peut vous être utile. Il désigne la poussière et, par extension, la neige poudreuse. 

Patois gascon et dialecte poitevin : cap sur la Nouvelle-Aquitaine

De Bordeaux à Auch et de Pau à Cahors, les délicieuses tournures locales nous viennent du patois gascon. Ici encore, Adiou (Adieu) veut dire bonjour. Le côté pratique, c’est qu’on se sert du même mot pour dire au revoir. À cette occasion, on vous demandera des nouvelles des pitchounes (les enfants) ou des droles (drolesses pour les filles), si vous êtes en région bordelaise. Pour vous quitter, on vous fera peut-être un poutou (un baiser). Au cours de la discussion, si vous entendez un tonitruant Dia !, cela signifie que votre interlocuteur est estomaqué. Eh bé ! ou Bah ! peuvent être des variantes. Parmi les termes qui marquent la surprise ou l’admiration, il ne faut pas oublier le mot (voire l’adverbe dans cette configuration) gavé que l’on peut traduire par : trop ou beaucoup.

De la Saintonge au Pays de Retz, le patois vendéen et le patois charentais dérivent du dialecte poitevin. Avant d’étendre votre serviette sur les plages de la côte de Lumière ou de la côte de Beauté, voilà quelques formules pour étoffer votre lexique. Pour être Benèze ou beun’aise (heureux), rien de plus simple : attrapez votre chapia (chapeau) et installez-vous sur la rée (la plage) pour graler (griller) au soleil ou céder au plaisir d’une marienne ou mariénnaïe (sieste) ombragée. Si vous êtes gourmand, vous prendrez bien quelques cagouilles (escargots) ou une bonne part de fion (flan aux œufs). Vous pourrez ainsi dire que vous êtes gueudé (repus) et qu’il est temps d’aller ronquer (dormir). 

Après ce petit tour d’horizon des patois de France, il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter un bon viatge qui s’emploie aussi bien en gascon, en catalan qu’en patois auvergnat ou un biau voïache à la manière nordiste voire un bon vyazho typiquement savoyard.