Photos

Pourquoi y aller ?

Christophe Colomb, en approchant du rivage sauvage de la future Cuba, aurait prononcé cette phrase légendaire : « les yeux de l’homme n’ont jamais rien vu d’aussi beau ». Aujourd’hui, on peut aussi dire que l’île de beauté est extrêmement photogénique : l’architecture coloniale espagnole néoclassique, les Cubains métissés, les paysages luxuriants, les voitures américaines des années 1950… Le regard est tout le temps attiré par une esthétique avivée par la luminosité tropicale. Le spectacle est permanent, dans la rue, dans les champs, sur les routes… La vie, quotidienne ou même artistique et musicale, se passe beaucoup dehors. Il n’y règne pas un sentiment d’insécurité mais un état d’esprit mêlant amabilité et spontanéité, humilité et créativité. Ainsi qu’un grand sens de la débrouille. Car depuis 1962, Cuba est sous embargo américain, alors que les plus proches côtes des Etats-Unis sont à moins de 200 km… Deux ans après la prise du pouvoir par Fidel Castro et ses compagnons révolutionnaires, en 1959, les relations diplomatiques entre les deux pays ont été rompues. Le régime castriste pouvait alors compter sur l’appui du bloc soviétique, mais quand ce dernier s’est effondré, les difficultés ont grandement empiré… A partir de 1993 a commencé la période spéciale, face aux pénuries insupportables dont souffrait Cuba. Le pays a décidé de développer le tourisme et de libéraliser un peu l’économie : les habitants ont pu ouvrir chez eux des chambre d’hôtes (ou casas particulares) et des restaurants privés (appelés paladares), aux côtés des hôtels et tables gérés par l’Etat. En 2014, les relations diplomatiques américano-cubaines ont été normalisées. Puis, en 2016, Barack Obama est venu en visite officielle (un événement historique !), rencontrant Fidel Castro quelques mois avant sa mort, en novembre, à l’âge de 90 ans. Cependant, le climat est beaucoup moins détendu depuis l’élection de Donald Trump à la présidence… Mais Cuba continue de miser sur son attractivité touristique, un atout incontestable. Le pays compte ainsi huit sites classés par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité : la veille Havane, la ville de Trinidad et la vallée de Los Ingenios, les centres historiques de Cienfuegos et de Camagüey, le château de San Pedro de la Roca del Morro à Santiago, la vallée de Viñales, le parc national Desembarco del Granma et enfin le paysage archéologique des premières plantations de café vers Santiago. Une nature généreuse ourlée par plus de 5 000 km de côtes, protégées par la barrière de corail dans certaines parties. Au total, on recense 300 plages, dont la plus célèbre est Varadero, avec ses nombreux hôtels-clubs aux formules « tout inclus ». L’intérieur des terres est ponctué de chaînes montagneuses, à l’ouest, au centre et à l’Est, avec pour point culminant le Pico Turquino (1 974 m de haut). Couverts de forêts tropicales et abritant une précieuse biodiversité, l’exploration de ces reliefs vaut vraiment l’effort de la randonnée !

Informations pratiques

Visa : Obligatoire (sous forme d’une carte de tourisme)
Vaccins : aucun obligatoire mais la mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée, ainsi que les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B
Monnaies : Peso cubain mais pour les touristes, c’est le CUC ou peso cubain convertible (équivalent à un dollar)
Décalage horaire : 6 heures par rapport à la France
Meilleure saison : décembre-avril (saison sèche)
Destination idéale pour : en solo / en famille / en couple / entre amis
Coût du voyage : €€ (cher)