Back to top

Dans le département des Bouches-du-Rhône, le Parc naturel régional de Camargue - lové entre terre et mer dans le delta du Rhône - s’étend entre les communes d’Arles, des Saintes-Maries-de-la-Mer et de Port-Saint-Louis-du-Rhône. Créé en 1970, cet espace de 101 000 ha est le doyen des parcs de la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur et fait partie des plus anciens parcs naturels régionaux de France. Cap sur le sud de la Provence pour une visite de la Camargue, sanctuaire des chevaux, des taureaux et des flamants roses.

Visite du parc naturel régional de Camargue

Visite du parc naturel régional de Camargue

Afin de localiser le parc naturel régional de Camargue sur une carte, faites glisser votre doigt vers le sud de la France en suivant le tracé du Rhône jusqu’à la Méditerranée. Au voisinage d’Arles, le fleuve se divise en deux bras, donnant naissance au Petit-Rhône qui dévie vers l’ouest et au Grand-Rhône qui continue sa course vers l’est. C’est là, au cœur de ce triangle formé par le delta du Rhône, entre Arles et Les Saintes-Maries-de-la-Mer, que se trouve « l’île de Camargue ». En zoomant sur la carte, vous apercevez la Grande Camargue et l’étang de Vaccarès, lovés entre les deux bras du Rhône, tandis qu’à l’ouest du Petit Rhône apparaît la Petite Camargue, trait d’union entre les Bouches-du-Rhône et le Gard. 

Maintenant que le décor est planté, la visite du parc naturel régional de Camargue peut commencer ! Bienvenue au cœur d’un territoire mosaïque où la quasi-totalité des milieux naturels vit au rythme de l’eau. La faune et la flore y sont remarquables, tant par leur diversité que par leur valeur patrimoniale. Grâce aux 14 circuits de randonnée que recense le parc, on arpente le territoire du nord au sud, de la vigne jusqu’aux plages, en passant par les marais salants et les sansouïres où pâturent les chevaux et taureaux de Camargue.  

Le parc naturel régional de Camargue, c’est aussi un patrimoine architectural rare comprenant de multiples bâtiments classés ou inscrits aux monuments historiques tels que l’église des Saintes-Maries-de-la-Mer, la croix de Méjanes, le château de l’Armellière, le château d’Avignon, la tour d’Amphoux, Tourvieille, le mas de Méjanes, la tour Saint-Louis et le phare de Faraman. 

L’étang de Vaccarès et la réserve nationale de Camargue

L’étang de Vaccarès et la réserve nationale de Camargue

Reconnue zone humide d’importance mondiale par la Convention de Ramsar, la Réserve naturelle nationale de Camargue couvre une surface englobant l’étang de Vaccarès, les étangs inférieurs (Lion et Dame), le site d’Amphise et le Salin de Badon. Avec une superficie de 13 200 ha, elle fait partie des plus grandes réserves humides d’Europe.

Situé sur le chemin des oiseaux migrateurs entre l’Europe du Nord et l’Afrique, cet espace naturel émaillé de lagons, de marais et de dunes constitue un sanctuaire pour le flamant rose, la grue cendrée, l’ibis falcinelle ou le rollier d’Europe qui viennent s’y nicher.

Occupée en grande partie par des immensités plates et désertiques, appelées ici sansouïres, la réserve présente des paysages arides en été. Inondés en hiver, ils renaissent en vasières au printemps et en automne.

Le parc naturel régional de Camargue en pratique

Pour faire plus ample connaissance avec le parc naturel régional de Camargue et la réserve nationale de Camargue, rendez-vous dans l’un des points d’accueil suivants

-    la Capelière : porte d’entrée de la réserve et centre d’information. Elle donne accès à une exposition permanente et un sentier thématique. Ouverte toute l’année ;
-    le phare de la Gacholle : observatoire et exposition. Ouvert le week-end et durant les vacances scolaires. Point de départ ou d’arrivée du circuit Digue à la mer – Phare de la Gacholle : une randonnée de 15 km à réaliser à pied ou en vélo ;
-    le musée de la Camargue, pour remonter l’histoire au « fil de l’eau et du temps ». Ouvert toute l’année sauf les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre et les week-ends de janvier.