Back to top

Dans le nord des Philippines, Vigan ouvre une fenêtre sur le passé hispanique du pays tout en restant asiatique. Cet ancien port de commerce baigné par la mer de Chine affiche un profil métissé unique sur la planète. Si bien que l’UNESCO a intégré la petite ville au patrimoine mondial de l’humanité en 1999.

Une des plus anciennes villes des Philippines

Une des plus anciennes villes des Philippines

Une calèche tirée par un cheval remonte une rue bordée de maisons ancestrales. Le bruit des sabots frappant les pavés rythme le déplacement du haut véhicule de bois. La scène qui semble appartenir à une époque lointaine se déroule aujourd’hui, au cœur des Philippines, à quelque 400 kilomètres de Manille. 

Tout au nord de l’archipel, sur la côte ouest de l’île principale de Luçon, Vigan est le meilleur exemple de cité coloniale espagnole parfaitement préservée en Asie. Son établissement date du XVIe siècle et suit de quelques années la fondation de Manille, en 1572. Cela fait de la capitale de la province d’Ilocos Sur une des plus anciennes villes philippines. 

Que voir à Vigan ?

Que-voir-à-Vigan

Tout comme les villes nouvelles de l’empire espagnol aux Amériques, Vigan adopte un plan en damier. Deux places, la Plaza Salcedo et la Plaza Burgos, séparées par l’église Saint-Paul, forment l’un des pôles d’activité du centre. D’ici partent des rues pavées, juste assez larges pour que deux véhicules puissent se croiser. Le long de ces voies, les maisons datant souvent du XVIIIe siècle s’élèvent d’un étage fermé par des fenêtres à croisillons. Couvertes de tuiles, elles s’appuient sur des murs de chaux qui laissent parfois apercevoir les piles de briques rouges qui les composent, liées par un mortier d’argile.  

Sur la Calle Crisologo, l’élégance surannée de ces maisons, traditionnellement occupées par un magasin au rez-de-chaussée et un logement à l’étage, est encore plus visible. La charmante rue piétonnière entièrement rénovée traverse le quartier de Mestizo, le centre historique. Là, l’architecture des demeures confirme toute la singularité de Vigan. Si elles s’inspirent des codes de construction espagnols avec leurs vérandas et leurs balcons de fer forgé, ces constructions sont résolument asiatiques. Leur toit en pente, l’utilisation de bois vernis et les fenêtres coulissantes avec des coquillages en guise de vitres rappellent les maisons chinoises. Et pour cause : les marchands et les marins de l’Empire du Milieu nourrissent une longue tradition commerciale avec les Philippines et Vigan. Cette relation précède de plusieurs siècles l’arrivée des Européens.

Un « heritage tour » à Vigan mêlant architecture et gastronomie 

heritage-tour-a-vigan-mele-architecture-et-gastronomie

Plusieurs des vieilles maisons de Vigan ont été transformées en musées, à l’image de la Padre Burgos House, qui expose des objets propres à la culture ilocano. Les touristes auront la chance de dormir dans ces édifices anciens et élégants. Certains d’entre eux ont été rénovés et accueillent désormais les visiteurs de Vigan dans des hôtels au charme authentique.  

On peut parcourir la ville en toute indépendance. Mais de nombreuses visites guidées invitent à découvrir le patrimoine de Vigan. Ces « heritage tours » mettent en lumière le passé de la région. Ils content notamment l’histoire des fabricants de jarres en terre cuite de la cité. En déambulant dans les rues étroites, avant de s’offrir une balade en kalesa, il fait bon s’arrêter dans une échoppe du marché pour savourer un empanada. Le chausson espagnol est devenu la spécialité de Vigan et on le déguste fourré à la papaye verte, à l’œuf ou à la longanissa, une saucisse philippine sucrée parfumée à l’anis. En cuisine comme en architecture, la ville s’accommode à merveille de ses origines diverses.