Les Caraïbes, les Bahamas, l’Australie… Ces lieux sont réputés pour leur cadre idyllique et leurs paysages de rêve. Eaux turquoises, plages de sable blanc, végétation luxuriante, ces hauts-lieux touristiques jouissent d’une réputation inébranlable. Pourtant, certaines îles nichées au cœur de ces terres paradisiaques contrebalancent la réalité mais restent pourtant prisées des voyageurs et aventuriers un peu fous. Serpents, fantômes ou rochers escarpés, top 5 des îles à éviter pour passer de bonnes vacances d’été.

Ilha de Queimada Grande, Brésil

snzke
Ophiophobes, si vous cherchez une destination exotique pour les vacances, évitez l’île de Queimada Grande. Son surnom de « Snake Island », l’île du serpent, devrait suffire à vous en dissuader. Située à environ 33 km au large de São Paulo au Brésil, l’île de 430 000 mètres carrés est celle qui concentre le plus de serpents. Il y a entre 2 000 et 4 000 serpents ayant élu domicile sur Queimada Grande, ce qui équivaut à… un serpent tous les 75 mètres carrés. 
La race de serpent qui y habite est l’une des plus venimeuses au monde ; appelée la « vipère Fer de lance dorée », cette espèce endémique de l’île est très dangereuse. Leur venin peut provoquer la mort si l’infection n’est pas traitée à temps. Pas de panique, de nombreux vaccins sont disponibles au Brésil ou au Mexique.
Si l’île est fermée au public, le folklore et les histoires faisant écho aux aventuriers assez fous pour l’explorer sont nombreuses… et ne se terminent jamais bien. Parmi elles, celle d’un pêcheur qui a débarqué sur l’île à la recherche de bananes ou encore de celle d’une famille d’un gardien de phare qui y vivait. Phare qui est devenu depuis le repère des serpents de l’île.

Great Isaac Cay, Bahamas

phare
Great Isaac Cay est un îlot escarpé et inhospitalier, situé à l’extrême Nord de l’archipel de Bimini aux Bahamas. Si cette petite île n’a rien de la terre paradisiaque où se prélasser au soleil sur de longues plages de sable blanc, elle est l’un des endroits les plus fascinants sur Terre pour quiconque aime les histoires paranormales et les phénomènes inexpliqués. 
En 1859 y est bâti un phare de 46 mètres de haut afin de guider les navires à travers le triangle des Bermudes. Pendant près d’un siècle, des gardiens s’y sont relayés jusqu’à ce que deux d’entre eux ne disparaissent 10 ans plus tard, en 1969. Mystérieusement. On ne saura jamais ce qui leur est arrivé, leur corps s’étant totalement évaporé. A la suite de cet évènement tragique, le Great Isaac Light a été automatisé, émettant un faisceau blanc toutes les 15 secondes aux marins jusqu’à 23 milles marins. Le reste des bâtiments de l'enceinte a été laissé à l'abandon. Une légende raconte même qu’au 19e siècle, un bateau aurait fait naufrage sur l’île avec, pour seul survivant, un bébé. Depuis, la mère, surnommée « la Dame grise », hante et se lamente sur l’île les soirs de pleine lune.
Bien que les terrains de la Cay soient ouverts au public et que l’île attire de nombreux curieux, les quelques marches inférieures de la tour manquent et les bunkers et bâtiments de stockage sont verrouillés. L’exploration est attendue et fait partie du plaisir, bien que tomber sur les rochers ou se couper en grimpant dans les escaliers rouillés du phare soient des activités assez dangereuses… Pourvu que l’on arrive à accoster sur l’île. 

L’île Fraser, Australie

dingo
Sur le papier, l’île Fraser a de quoi faire rêver : elle est considérée comme la plus grande île de sable au monde. Niché à 200 km au Nord de Brisbane, en Australie, ces terres sont le décor de plages éblouissantes, de forêts exotiques, de dunes dorées et de points d’eau quasi-transparente. Mais le danger rôde. Attaques de requins, piqûres de méduses, morsures d’araignées à toile-entonnoirs ou de pythons… Les menaces sont diverses mais la principale reste l’attaque de dingos. Cette race de chien sauvage est particulièrement agressive et a élu domicile sur les plages de l’île Fraser. 
Les secouristes dénombrent environ 40 à 50 appels d’urgence pendant la période estivale. C’est pourquoi il est recommandé de visiter l’île accompagné d’un guide, car malgré les risques, elle en vaut largement le détour.

Les îles Farallon, États-Unis

fara
Ces îlots rocheux, situés à une trentaine de kilomètres des côtes de San Francisco, sont le refuge de nombreuses otaries et de colonies d’oiseaux, qui attirent de nombreux requins blancs. Mais les squales ne sont pas le principal danger qui rôde sur cette île. 
Entre 1946 et 1970, ses eaux ont servi de site de déversement de déchets radioactifs. On estime que plus de 48 000 barils de déchets radioactifs ont été immergés au large des îles, mais leur exacte localisation et leur danger pour l’environnement restent encore à ce jour incertains.

Saba, Antilles néerlandaises

saba
Ce joyau méconnu des Caraïbes est un vrai paradis sur Terre. Appartenant au Royaume des Pays-Bas, ses paysages dignes des plus beaux décors de cinéma en font une destination de rêve. Avec son atmosphere très détendue, ses habitants sont accueillants font partie des peuples les plus accueillants qui soient. Parfait mélange entre une vie de village et un style de vie des Caraïbes, l’entre-aide et le partage sont les maîtres-mots sur cette île. Pour preuve, une petite prison existe sur l’île mais sert principalement aux visiteurs et voyageurs lorsqu’il n’y a plus de chambres disponibles. 
Autre caractéristique importante, la petite île de Saba présente l’un des plus beaux mondes sous-marins de notre planète ; sa biodiversité magistrale et ses coraux multicolores en fait un spot de plongée de rêve.
Idyllique, alors pourquoi fait-elle partie des îles les plus dangereuses du monde ? La petite île de Saba a été frappée par les ouragans les plus lourds au cours des 150 dernières années, plus que toutes les autres îles de la région, dont 15 ouragans de catégorie 3 et 7 de catégorie 5. Rendez-vous sur cette île seulement en hiver donc.