Au cœur de Bali, en Indonésie, Tirta Empul attire tout au long de l’année des milliers de croyants. Ce temple hindou aux eaux saintes est un des complexes religieux millénaires parmi les plus sacrés de l’île des Dieux. 

Pura Tirta Empul, un temple au cœur de la nature luxuriante de Bali

Pura Tirta Empul, un temple au cœur de la nature luxuriante de Bali

Pour rejoindre Pura Tirta Empul, le voyageur doit faire route vers le cœur de l’île volcanique et montagneuse, où les paysages de rizières et de jungles luxuriantes se succèdent. Au départ de Denpasar, la capitale, son itinéraire l’entraîne vers Ubud, considéré comme le centre de la culture balinaise. Le chemin se poursuit encore plus au nord pour atteindre Tampaksiring. Ce village est célèbre pour son palais présidentiel construit en 1957 sur une colline afin d’honorer la visite de Sukarno, premier président d’Indonésie. Il est encore plus fameux pour son complexe religieux, Pura Tirta Empul. Un nom qui signifie littéralement le temple de l’eau sacrée. 
 
Sorti de terre autour de 960 après J.-C., cet ensemble hindouiste balinais conforme aux codes architecturaux des édifices culturels de l’île comprend plusieurs temples. Après les deux hauts pans sculptés et symétriques du candi bentar, porte fractionnée traditionnelle des constructions religieuses, l’espace s’ouvre sur plusieurs sanctuaires et bassins. 

En basalte noir ou rouge, les bâtiments aux proportions impressionnantes ornés de sculptures délicatement ouvragées contrastent avec le vert de la mousse qui les couvre par endroit. Une végétation qui se développe à la faveur de l’humidité qui prévaut dans ce lieu. En effet, Pura Tirta Empul s’élève autour d’une source d’eau douce. Celle-ci donne naissance à la Pakerisan, une des multiples rivières qui irriguent la région. 

Pour les fidèles hindous balinais, qui pratiquent une forme de cette religion particulière à l’île indonésienne, cette fontaine a une origine divine et symbolise le triomphe du Bien sur le Mal. Elle rappelle la victoire du dieu Indra sur Mayadenawa. Roi légendaire de Bali et puissant magicien, celui-ci interdit à ses sujets lors de son règne de pratiquer l’hindouisme. Les dieux exaspérés autorisèrent alors Indra, divinité de la guerre, à le combattre. Mayadenawa, pour contrer son adversaire et ses hommes, fit apparaître un soir un bassin d’eau empoisonnée où les soldats se désaltérèrent. Indra, courroucé en découvrant son armée mourante, perça le sol de sa lance et en fit jaillir une source purifiante pour soigner ses troupes. Plus tard, il vainquit Maydenawa.

Le melukat, un rituel de purification par l’eau

Le melukat, un rituel de purification par l’eau

Pura Tirta Empul est dédié entre autres à Indra et Vishnu, dieu hindou de l’eau. Les fidèles se rendent dans ce temple pour honorer les divinités et effectuer le melukat, un rite de purification du corps et de l’esprit par l’eau. Tirta Empul possède de plus la réputation de soigner les maux qui ne sont pas physiques. 

Le temple se compose de trois zones distinctes. Jaba Pura, la cour d’entrée, accueille les visiteurs. Jeroa, serein et propice au recueillement, est le lieu où l’on peut voir naître la source sacrée. Entre les deux espaces se trouve Jaba Tengah, la cour principale, occupée par plusieurs bassins de purification en roche naturelle, eux-mêmes alimentés par une trentaine de jets d’eau en pierre. Là se déroule le melukat. Après avoir procédé à des offrandes, les fidèles entrent dans la « piscine » principale qui compte 13 arrivées d’eau. Habillés, à moitié immergés, ils prient, s’inclinent et plongent la tête sous les 11 premiers jets. Les deux derniers sont réservés aux défunts. 

Les Balinais ne sont pas les seuls à espérer bénéficier des vertus de l’eau sainte. Des visiteurs étrangers se joignent parfois à eux, car, selon la tradition, le melukat peut être effectué par quiconque cherche à se rendre meilleur.