Le parc national naturel de Tayrona a reçu près de 400 000 visiteurs en 2017. Il se hisse au deuxième rang des parcs les plus fréquentés de Colombie, derrière celui des îles coralliennes du Rosaire et de San Bernardo. Situé dans le nord du pays, il jouxte la ville coloniale de Santa Marta, dans le département de Magdalena. Ce haut lieu de l’écotourisme regorge de paysages magiques, d’une biodiversité hors du commun et de traces de civilisations ancestrales.

La culture Tayrona

la-culture-tayrona

Le parc Tayrona en Colombie tire son nom d’une grande civilisation précolombienne qui a disparu suite à l’arrivée des conquistadors espagnols au 16e siècle. Des vestiges archéologiques de ce peuple amérindien sont toujours visibles aujourd’hui à l’intérieur de cette zone. 

C’est le cas de Pueblito, un village Tayrona en ruines où vous pourrez admirer l’architecture traditionnelle indigène, le système de terrasses, ainsi que d’anciens ponts et sentiers en pierre. Le petit Musée Chayrama vous offrira un aperçu de l’histoire de cette civilisation et des légendes qui l’entourent. 

Bien qu’il ne soit plus peuplé, le parc compte plusieurs sanctuaires où se réunissent régulièrement les quatre communautés de descendants des Tayronas, retirés dans les montagnes de la Sierra Nevada de Santa Marta : les Arhuacos, les Kankuamos, les Kogis et les Wiwas. L’accès à ces sites sacrés est interdit aux visiteurs. 

Par ailleurs, le parc ferme une fois par an à la demande des indigènes pour permettre à la nature de se régénérer. Par précaution, évitez de prévoir votre séjour entre fin janvier et fin février.

Des plages idylliques

des-plages-idylliques

Le parc Tayrona abrite quelques-unes des plus belles plages de Colombie, au bord de la mer des Caraïbes. L’emblématique Cabo San Juan del Guia se distingue par ses deux bandes de sable blanc bordées par des eaux turquoise d’un côté et des cocotiers de l’autre. Au centre, une cabane en bois domine un petit monticule rocheux. Il s’agit du site le plus célèbre du parc. Vous y trouverez un restaurant et un camping où il est possible de louer un hamac ou une tente pour la nuit.

Sachez tout de même que la plupart des plages sont interdites à la baignade en raison des courants dangereux. C’est le cas de celles d’Arrecifes et de Cañaveral. Vous pourrez néanmoins vous détendre sur le sable fin pour savourer le bruit des vagues. 

Parmi les exceptions, le lagon « la Piscina » et la splendide Playa Cristal, accessibles uniquement par bateau, offrent une mer calme dans laquelle vous pourrez nager et faire du snorkeling en toute sécurité. Les amateurs de plongée sous-marine ne manqueront pas d’explorer les récifs de corail sur les plages d’Isla Aguja et de Granate.

En fond de ce décor de rêve trône la Sierra Nevada, le massif montagneux côtier le plus haut du monde. Ses neiges éternelles culminent à plus de 5700 mètres d’altitude.

Une biodiversité exceptionnelle

une-biodiversite-exceptionnelle

Les amoureux de la nature seront éblouis par la richesse de la faune et de la flore du Tayrona national park. Saviez-vous que la Colombie est le pays qui abrite le plus grand nombre d’espèces d’oiseaux au monde ? Vous pourrez justement en observer 300 ici, dont le condor des Andes, le moucherolle royal, le tocro à front noir et le hocco d’Albert.

Des centaines de mammifères, de reptiles, d’amphibiens, d’éponges, de crustacés, de coraux et de poissons se partagent cet environnement unique. Avec un peu de chance, vous apercevrez un singe hurleur noir, un chat-tigre ou un cerf élaphe. 

Du côté de la végétation, le parc compte 770 espèces de plantes qui composent une forêt tropicale dense. De nombreux cactus et des arbres de plus de 30 mètres de haut longent les différents sentiers de randonnée. Il est possible d’explorer le parc à pied ou à cheval. 

Un accès réglementé

un-acces-reglemente

Le « parque nacional natural de Tayrona en Colombia » fut créé en 1969 dans l’objectif de protéger l’écosystème fragile de cette région. Elle s’étend sur 35 km le long de la côte Caraïbe, de la baie de Taganga à l’ouest jusqu’à l’embouchure du Rio Piedras à l’est. Elle couvre environ 150 km2 de zone terrestre et 30 km2 de zone maritime.

L’accès au parc est payant et soumis à de nombreuses règles afin de ne pas nuire à l’environnement. Il est par exemple interdit d’entrer avec un animal de compagnie, des sacs en plastique ou du matériel musical. Nous vous recommandons de bien vous informer sur le site officiel avant de vous y rendre. 

En outre, depuis 2018, chaque visiteur doit présenter la preuve de sa souscription à une assurance couvrant les accidents et le sauvetage pour explorer les parcs Tayrona, Chingaza, Nevados et Iguaque en Colombie. Le vaccin contre la fièvre jaune est recommandé, mais non obligatoire. 

Conseils pour visiter le parc

conseils-pour-visiter-le-parc

Le parc est ouvert tous les jours de la semaine entre 8 h et 17 h. Réservez vos billets en ligne à l’avance, notamment pendant la haute saison (décembre - janvier et juin - juillet) et lors de la semaine sainte. Le quota de visiteurs est limité à 6900 par jour. Ce conseil vaut également si vous prévoyez de passer la nuit dans un campement ou un hôtel de Tayrona.

Le point d’entrée principal du parc, baptisé « El Zaino », se trouve à environ 32 km de Santa Marta, sur la route nationale des Caraïbes en direction de Riohacha. De là, vous pourrez facilement arriver aux sites de Cañaveral, Arrecifes, Cabo de San Juan de Guía et Pueblito. 

Si vous souhaitez explorer Neguanje, Gayraca et Playa Cristal, empruntez l’entrée secondaire de Palangana. En revanche, il n’y a pas de possibilité d’hébergement dans cette partie du parc. Enfin, le dernier accès — qui dessert notamment Pueblito — se trouve au niveau de Calabazo. Le contrôle des arrivées par bateau s’effectue à Cabo San Juan. Enfin, sachez qu’il est possible de recourir aux services d’un guide certifié. 

Véritable trésor naturel de la Colombie, le parc Tayrona exalte un tourisme responsable, respectueux de l’environnement et des traditions des indigènes. Gardez à l’esprit que vous pénétrez sur une terre millénaire sacrée, qui mérite le respect pour conserver sa magie malgré l’afflux croissant de visiteurs du monde entier.