Back to top

Tamatave (ou Toamasina) est le plus grand port commercial de Madagascar, situé à 350 kilomètres au nord-est de la capitale, Antananarivo. Ville de 300 000 habitants, capitale de l’ethnie des Betsimisarakas et destination touristique prisée au même titre que Majunga, Tamatave dévoile ses différentes facettes selon les heures de la journée. Agitation des marchés le matin, détente dans les parcs et sur les plages l’après-midi, balades en pousse-pousse (posy-posy) de musée en monument, vie nocturne animée… Les activités ne manquent pas à Tamatave !

Découvrir l’histoire de Tamatave et des rois malgaches

Le nom officiel Toamasina signifie « c’est salé » en malgache. C’est le roi Radama 1er qui aurait poussé cette exclamation en goûtant l’eau de l’océan pour la première fois. Au XIXe siècle, Anglais et Français se disputent l’île. En 1885, le traité de Berlin attribue Madagascar à la France, mais celle-ci devra prendre l’île aux Malgaches par la force, ce qu’elle réussira à faire en 1895. Madagascar restera sous administration française jusqu’en 1958. Des vestiges de ce passé colonial subsistent à Tamatave, bien qu’un cyclone ait détruit une grande partie de la ville en 1927.

Le fort Manda, qui protège la côte à Foulpointe, au nord de Tamatave, témoigne des alliances passées par les Malgaches pour tenter de préserver leur indépendance. Construit à l’initiative du roi Radama 1er (1810-1828), cet édifice circulaire abrite des canons cédés par les Anglais dans le cadre de la coopération militaire. Les avenues larges bordées de palmiers, les nombreuses églises de style colonial et la place Bien Aimé sont d’autres témoins de ce passé. La ville accueille également deux musées : celui du port et celui de l’université.

Que voir à Tamatave à Madagascar ?

que-voir-a-tamatave-a-madagascar

La ville de Tamatave et sa région recèlent des merveilles naturelles. Le parc zoologique Ivoloina abrite douze espèces de lémuriens, dont certaines sont vulnérables, comme le vari noir et blanc et l’aye-aye, des boas, des grenouilles tomates, des caméléons panthères et des tortues étoilées ! Les visites éducatives peuvent même se tenir la nuit. On peut aussi faire de l’agrotourisme à Tamatave, en explorant une palmeraie située au sud de la cité, productrice d’huile de palme biologique. Les voyageurs peuvent en apprendre plus sur des spécialités de Madagascar, très présentes dans nos cuisines : café, sucre, vanille, clous de girofle, ananas.

À 20 kilomètres au large de Tamatave se trouve l’île aux Prunes. Cet îlot inhabité est nommé Nosy Alanana en malgache. Nosy signifie « île », un terme que l’on retrouve dans le nom de Nosy Be, la « grande île », surnom du pays. Sur l’île aux Prunes, on peut observer les fonds marins avec masque et tuba. Heureusement, les plages sont protégées des requins par la barrière de corail… Au nord de l’île se trouve un phare de 60 mètres de hauteur, érigé dans les années 30.

Que faire à Tamatave ?

Après les visites importantes, réservez du temps pour les expériences typiques, comme un tour de la ville en pousse-pousse ou la découverte des marchés Bazar Kely et Bazar Be le matin. Plus grand port de commerce de Madagascar et bientôt plus grand port d’Afrique, Tamatave est en ébullition en novembre, quand les litchis sont envoyés massivement vers l’Europe. Les litchis de l’est de Madagascar représentent 70 % du marché européen. Un festival en leur honneur est même organisé depuis 2007. 

Pour prendre toute la mesure de la beauté des environs de manière originale, rendez-vous de Tananarive (ou Antananarivo) à Tamatave en Micheline, autorail léger monté sur pneus, inventé par Michelin dans les années 30. Le trajet, assuré par la compagnie Madarail, est long et cahoteux, mais les paysages sont magnifiques. Enfin, après avoir visité les sublimes plages de Foulpointe, randonnez autour du lac Alaotra, ceint de rizières, de végétation tropicale et de villages.