Back to top

À l’est du parc national de la Réunion, la commune de Saint-Benoît abrite l’un des sites naturels les plus remarquables au pied du piton des Neiges : la vallée de Takamaka. Ponctuée de pics acérés, de gorges profondes et de cascades vertigineuses, cette plaine sauvage est un véritable paradis pour les amateurs de canyoning et les randonneurs expérimentés.

Randonnée au cœur de la vallée de Takamaka dans la réserve de Bébour

randonnee-au-cœur-de-la-vallee-de-takamaka

Couronnée par le piton des Neiges, la réserve biologique de Bébour s’étend sur une plaine boisée interrompue par un cassé abrupt dominant la vallée de Tanaka, l’un des sites naturels les plus sauvages de la Réunion. Située sur la côte « au vent », cette vallée quasi impénétrable est exposée à l’humidité des alizés, faisant d’elle l’une des régions les plus arrosées et les plus luxuriantes de l’île. Joyau de la biodiversité, elle abrite une forêt où se côtoient goyaviers, change-écorce, bois de natte, palmistes rouges, mousses, fougères et orchidées.

Sillonnée de nombreuses « traces », la vallée se découvre généralement au fil d’une randonnée sur le sentier de Takamaka (reliant la cascade de Takamaka à la forêt de Bébour) aménagé lors de la construction du premier barrage hydroélectrique sur la rivière des Marsouins. Il faut quatre à cinq heures de marche pour parcourir l’itinéraire jalonné de passerelles et d’échelles donnant accès à l’îlet à Bananes. 

Takamaka : le paradis réunionnais du canyoning 

Traversée par la rivière des Marsouins et ses affluents, le Bras Patience et le Bras Cabot, la vallée de Takamaka offre au regard une succession de cascades vertigineuses répondant au nom de Surplomb, Arc-en-ciel, Grand Gingembre, Patte Poule ou pont de Diable...

Au cœur de ce relief mouvementé où règne l’eau vive, Takamaka attire de nombreux amateurs de canyoning en quête de sensations fortes. Alternant sentiers dans la jungle, toboggans, sauts et cassés, dont le célèbre mini trou de fer, le ravin de Takamaka représente l’un des parcours les plus complets, mais surtout les plus techniques de l’île, exigeant une excellente forme physique. 

Le départ est généralement organisé depuis le point de vue sur Tamaka, le long de la D53. Les randonnées peuvent également démarrer de la route forestière de Bébour-Bélouve (Plaine des Palmistes en suivant la D55). 

La coulée de Takamaka : l’autre sentier à l’ombre du plus grand volcan de la Réunion

« Takamaka » est aussi le nom d’un piton culminant à 931 mètres d’altitude au-dessus de la commune de Saint-Philippe, au sud-est de la Réunion. C’est ici que s’est produite une éruption en-dehors de l’Enclos Fouqué du piton de la Fournaise en 1986. À cette occasion, la coulée de lave s’est séparée en deux et a progressé de part et d’autre du piton de Takamaka à une allure atteignant 100 à 300 mètres par heure. L’une des deux coulées empruntant la ravine des Citrons Galets a fini sa course dans l’océan Indien, au sud de la pointe du Tremblet. L’autre coulée s’est engouffrée dans la ravine de Takamaka et s’est finalement arrêtée à 200 mètres de l’océan. C’est dans cette dernière ravine qu’est aménagé le sentier de randonnée de la coulée de Takamaka, connectant le site de Nez coupé du Tremblet et le piton de Takamaka à environ 1000 mètres d’altitude.

Sans marcher, il est possible d’admirer un magnifique panorama depuis le point de vue de Takamaka, installé le long de la D53. À une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de Saint-Benoit, réputé pour son centre commerçant et ses restaurants de spécialités, ce splendide belvédère s’ouvre sur quelques-unes des cascades les plus spectaculaires de la vallée. L’endroit idéal pour apercevoir, par temps clair, le Piton des Neiges et le cirque de Malafate.