Back to top

Au cœur de la réserve de biosphère de l’Área de Allariz, entre les parcs naturels de Baixa Limia-Serra do Xurés, d’O Invernadeiro et de la Serra da Enciña da Lastra, la région d’Ourense recèle deux trésors inestimables : un patrimoine culturel d’une grande richesse et un environnement exubérant d’où jaillissent d’innombrables sources d’eau chaude. Bienvenue en Galice, sur les bords du Rio Miño, où thermes, cathédrales et monuments sacrés ornent le paysage.

Les thermes d’Ourense, une tradition héritée des Romains 

ourense

Au nord-ouest de l’Espagne, la Galice alterne décors marins et horizons montagneux. Terre celte baignée d’influences portugaises, la région conserve de son passé romain la tradition des thermes, que les Galiciens appellent « balnearios ». Nombreux ici, les « termas » ponctuent les rives du Rio Miño. À Ourense, nommée As Burgas sous l’Empire romain, la Route Thermale du Miño concentre pas moins de sept établissements de bains sur cinq kilomètres de sentiers pédestres le long du fleuve, nichés à travers une végétation luxuriante. Au fil de la promenade, les marcheurs découvrent les Pozas de la Chavasqueira, où ils peuvent se baigner de jour comme de nuit dans de grandes piscines naturelles à ciel ouvert. Là, à n’importe quelle époque de l’année, l’eau est à plus de 40 degrés. L’itinéraire qui longe les deux rives du Rio aboutit à la fontaine de Reza sur le Paseo de la Ninfas, après avoir dépassé les thermes de Muíño da Veiga et les piscines d’Outariz et de Burga de Canedo.

Ourense, une perle culturelle sur la route de l’Argent 

ourense-une-perle-culturelle-sur-la-route-de-l-argent

Ancrée sur la Via de la Plata (la route de l’Argent), Ourense, au cœur de la Galice, est une terre de pèlerinage regorgeant de bijoux d’architecture. Dernière étape avant Saint-Jacques de Compostelle, elle partage avec cette destination un long passé ecclésiastique. Pour s’en rendre compte, il faut s’enfoncer dans les ruelles labyrinthiques de la vieille ville, organisées autour de la cathédrale do San Martino, datant du XIIe siècle (la deuxième plus ancienne cathédrale de Galice). Ce temple roman et gothique aux airs de forteresse se distingue par son Pórtico do Paraíso (portique du paradis) réinterprétant « la Gloria » du maître Mateo, figure de l’école de Compostelle. En sillonnant la partie médiévale de la cité, de multiples édifices sacrés se succèdent. Une grande variété de courants artistiques y est représentée. Roman avec l’église de la Trinidade du XIIe siècle. Baroque galicien avec les églises Santa Maria de la Madre, Santo Domingo et Santa Eufemia, à la façade concave. Renaissance avec la chapelle de Nosa Señora dos Remedios. À quelques pas de la cathédrale, le somptueux cloître gothique de San Francisco (XIVe siècle) présente la particularité de se dresser seul, sans son église, reconstruite dans le parc de San Lazaro. 

Montealegre : une forêt méditerranéenne proche de l’Atlantique 

montealegre

À l’est d’Ourense, en prenant la route du golf, Montealegre, grand parc forestier, domine la ville. Reconverties en jardin botanique, ces anciennes carrières protègent la biodiversité depuis 2011. Elles abritent désormais, sur 15 hectares de pentes minérales, plus de 250 espèces florales et 132 espèces animales. Sur leur point culminant (471 mètres d’altitude), le mirador de Montealegre, reconnaissable à sa croix de Montréal, invite à admirer une magnifique vue sur la cité, le Rio Miño et la vallée. Plus au nord, les gorges du Sil passent pour faire partie des plus beaux paysages d’Europe. Avant de rejoindre le Miño, la rivière a creusé de profonds canyons au-dessus desquels s’étagent les vignes de la Ribeira Sacra. Pour s’y rendre, il suffit de suivre le Rio Miño en direction de Monforte, à travers des panoramas grandioses et préservés.