Back to top

Le mont Kailash (« cristal » en sanskrit) est un site naturel sacré pour les pratiquants de quatre religions : les hindous, les jaïns, les bouddhistes et les bönpos. Culminant à 6 638 mètres d’altitude, cette montagne du Transhimalaya, au Tibet, est aussi nommée Kang (ou Gang) Rinpoche en tibétain, ce qui signifie « précieux joyau des neiges ». Chaque année, des pèlerins des quatre cultes empruntent un chemin de quelque 52 kilomètres autour de la montagne afin de se recueillir ou d’effacer leurs péchés. Au-delà de son importance religieuse, ce pèlerinage, appelé Kora, fait partie de l’un des plus beaux treks du monde.

Le mont Kailash, merveille de la nature et montagne sacrée

Le mont Kailash, merveille de la nature et montagne sacrée

Le mont Kailash se trouve dans la province de Ngari, la plus à l’ouest de la région autonome du Tibet. À proximité se situent le lac Manasarovar, lui aussi sacré, et le Gurla Mandhata, le point culminant du Nalakankar Himal, une chaîne de l’Himalaya. C’est également là que prennent leur source quatre des plus grands fleuves d’Asie : l’Indus, le Sutlej, le Brahmapoutre et le Karnali. 

De tout temps, le mont Kailash a été vénéré. Il est assimilé au mythique mont Meru, centre de la Terre et résidence des Devas, les dieux hindous. Le sommet du mont Kailash n’a jamais été atteint, alors que celui de l’Everest, le plus élevé de la planète, a déjà été visité par plus de 4 000 personnes. Pour certains, c’est la preuve de la présence divine sur les hauteurs du mont Kailash.

Le pèlerinage du mont Kailash

Le pèlerinage du mont Kailash

Le pèlerinage du mont Kailash est l’un des plus importants de toute l’Asie. Plusieurs milliers de personnes parcourent chaque année son itinéraire circulaire, alors que sa difficulté est réelle, puisqu’il traverse un col de 5 630 mètres. Le mot Kora désigne toute circumambulation autour d’un lieu religieux dans les traditions bouddhiste et bön. Pèlerinage ou pratique de méditation selon les cas, la Kora s’effectue dans le sens des aiguilles d’une montre. Cependant, les adeptes du bön la réalisent dans l’autre sens. 

Pour les bouddhistes, un pèlerinage complet efface tous les péchés d’une vie, et tourner 108 fois autour du mont Kailash permet d’atteindre directement le Nirvana (l’extinction du désir humain et la libération du cycle des réincarnations). Il faut environ trois jours pour terminer la Kora du mont Kailash, même si certains moines tibétains peuvent l’accomplir en une journée.

Comment faire le pèlerinage du mont Kailash ?

Il existe plusieurs voies terrestres pour se rendre au mont Kailash : depuis Lhassa, la capitale du Tibet, depuis Katmandou au Népal (en traversant la frontière à Kyirong), depuis Kachgar, dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, depuis le village népalais de Simikot et depuis Pithoragarh, dans l’état indien de l’Uttarakhand. Dans tous les cas, le pèlerinage commence dans la localité de Darchen, à 4 675 mètres d’altitude. Généralement, le parcours est divisé en trois étapes, avec deux haltes pour la nuit, au gompa de Drirapuk et à celui de Zutrulpuk. Les gompas sont des complexes fortifiés abritant un monastère et une université.

Les pèlerins passent notamment par le mât de Tarboche, lieu de célébration de l’anniversaire de Bouddha, couvert de milliers de drapeaux de prière, par la vallée d’Amitabha, bordée de roches rouges, par le mur de mani, où ils déposent une pierre gravée du mantra (récitation sacrée) « Om mani padme hum », et par la grotte dans laquelle a médité au XIIe siècle le yogi Milarépa. 

De retour à Darchen, il est possible de prolonger l’exploration par un sentier intérieur qui mène au mont Yinjietuo. Ses 30 kilomètres peuvent être sillonnés en une journée. La saison des pèlerinages s’étale de mai à septembre.