Back to top

Lorsque le duc Eberhard-Ludwig de Wurtemberg pose en 1704 les fondations d’un pavillon de chasse au nord de Stuttgart, il ne sait pas encore qu’il s’apprête à donner naissance à l’un des fleurons de l’architecture baroque. Fameuse aujourd’hui pour son équipe de basket, Ludwigsburg est avant tout une ville de référence pour les amateurs d’histoire et de belles bâtisses.   

Une demeure prestigieuse pour les ducs de Wurtemberg

Sur la quinzaine de kilomètres reliant Stuttgart et Ludwigsburg, des maisons coquettes, immeubles récents et espaces industriels côtoient des bois et des espaces verts. En poursuivant vers le centre-ville, les demeures baroques s’élevant sur deux étages se multiplient. Les rues deviennent plus longilignes et adoptent un plan perpendiculaire. Au cœur du centre ancien, elles conduisent vers le trésor de Ludwigsburg, mais aussi son berceau : le château résidentiel des ducs, le plus grand palais baroque d’Allemagne.

Nichée dans le sud-ouest du pays, la ville s’inscrit dans le Land de Bade-Wurtemberg, un État englobant le territoire de l’ancien duché de Wurtemberg. Au début du XVIIIe siècle, la région reste dominée par un paysage de forêts. Le duc Eberhard-Ludwig de Wurtemberg règne depuis 1693. Grand amateur de chasse, il affectionne, au nord de Stuttgart, une zone baignée par le Neckar où il possède une propriété. Le pavillon de chasse qui y existait auparavant a subi les assauts de soldats ennemis et le duc souhaite simplement le reconstruire.

Les caprices de l’histoire européenne et son propre succès amènent le duc à voyager en Bavière puis à découvrir Versailles. Impressionné par la monarchie absolue de Louis XIV, il veut faire de sa propriété de chasse un témoignage de son pouvoir. Presque deux ans après avoir posé la première pierre du château de Ludwigsburg, il décide que celui-ci deviendra un édifice baroque entouré d’un somptueux jardin. Composé de quatre ailes, dont une où il s’installe rapidement avec sa maîtresse, l’impressionnant palais aux 452 pièces et 18 bâtiments sera achevé en 1733, l’année de la mort du duc.

Une ville sortie de la forêt

une-ville-sortie-de-la-foret

À ce moment-là, Ludwigsburg a pris forme. Des forêts sont sorties de nombreux bâtiments baroques articulés autour du château et de la place du marché. Une unité d’architecture souhaitée par Eberhard-Ludwig de Wurtemberg. Le duc avait d’ailleurs choisi de déplacer la capitale du duché dans la ville naissante au détriment de Stuttgart, multipliant les opérations pour attirer de nouveaux habitants. À partir de 1730, les deux villes occupent en alternance cette position jusqu’en 1800.

Le château de Ludwigsburg n’est pas le seul palais que compte la ville. Face au domaine principal s’élève le Château Favorite. Blotti dans un domaine boisé de 72 hectares, il est caractérisé par une architecture extérieure baroque et un style Empire à l’intérieur. Cette belle maison cossue construite entre 1717 et 1723 concrétise le rêve d’Eberhard-Ludwig de posséder un pavillon de chasse. Le duc décide même d’en faire construire deux. À l’extérieur du centre de Ludwigsburg, un schloss romantique s’étend donc sur les rives d’un lac, le château Monrepos, pensé comme une halte de chasse modeste. Le duc Carl Eugen de Wurtemberg, un des successeurs d’Eberhard-Ludwig, fait de Ludwigsburg une ville fastueuse à la cour prestigieuse. Il ordonne l’agrandissement de Monrepos et le transforme en un palais rococo.

Hormis le Château Favorite qui a demandé des travaux de restauration importants avant son ouverture au public en 1983, les palais de Ludwigsburg ont réussi à traverser les époques sans connaître d’importants dommages. Tous accueillent régulièrement des événements culturels, occasions idéales pour aller découvrir ces joyaux du patrimoine allemands.