Back to top

Mettons le cap sur le toit du monde à la découverte de la capitale du Tibet, Lhassa. Blottie sur les rives du fleuve éponyme et au pied des montagnes imposantes de l’Himalaya, la ville jouit d’un environnement spectaculaire. Aujourd’hui chef-lieu de la région autonome de la Chine, elle a vu son patrimoine historique disparaître peu à peu, remplacé par les austères constructions chinoises. Il subsiste tout de même des bâtiments d’envergure, à l’instar du palais du Potala, des temples et des monastères bouddhistes et un havre de verdure, le Norbulingka, vestige de celle que l’on surnommait la cité-jardin au début du XXe siècle.

Le palais royal du Potala, l’incontournable d’un voyage à Lhassa au Tibet 

le-palais-royal-de-potala-l-incontournable-d-un-voyage-a-lhassa-au-tibet

Prenons de l’altitude à Lhassa, pour nous rendre dans le bâtiment le plus visité, le palais royal du Potala. Résidence d’hiver du Dalaï-Lama, cet imposant édifice érigé sur la colline de Marpari mesure 117 mètres et couvre au total une surface de 130 000 m2. Divisé en deux espaces distincts, le palais rouge et le palais blanc, il abrite nombre d’objets précieux comme des statues de Bouddha, des antiquités, des bijoux ou encore des peintures, qui révèlent la vivacité de la culture et de l’art tibétain.

En poussant les portes du palais rouge, on découvre des mausolées et des chapelles dédiées aux dalaï-lamas du passé, le point d’orgue de ce monument étant un stupa de 14 mètres de haut, tapissé de pierres précieuses, semi-précieuses et de coraux. Le palais blanc, dont la reconstruction s’est achevée au XVIIe siècle, était le siège de l’ancien gouvernement tibétain. 

Considéré comme un lieu sacré par les bouddhistes, il convient de s’abstenir de prendre des photos dans l’enceinte du palais et des chapelles, par respect pour les fervents fidèles qui prient en ces lieux.

S’extasier devant le sourire énigmatique du Bouddha Nietang

s-extasier-devant-le-sourire-enigmatique-du-bouddha-nietang

Prenons un taxi pour nous rendre à une vingtaine de kilomètres de Lhassa, à la découverte du temple et du bouddha géant de Nietang. Une légende entoure la construction de ces monuments : de retour de Pékin, muni d’une statue de Bouddha, le célèbre bouddhiste Basiba était en train de traverser la région de Nietang lorsque la statue lui aurait intimé l’ordre de la laisser ici, pour propager les textes sacrés. Basiba aurait ensuite fait édifier le temple et le Bouddha géant, taillé à même la pierre. 

Assis sous un arbre de bodhi censé capturer le mal, la statue de bouddha mesure quelque 9,8 mètres de haut pour une largeur de 8 mètres. Ses couleurs vives tranchent sur l’ocre de la roche et autour de lui se trouvent des hadas, des foulards blancs symboliques déposés ici par les fidèles et les voyageurs, en signe de respect pour le bouddha.  

Juste à côté se dresse le temple de Nietang, d’architecture modeste, mais qui comporte des reliques et des peintures murales de grande importance.

Les monastères et temples, hauts lieux spirituels du Lhassa tibétain

monasteres-et-temples-hauts-lieux-spirituels-du-lhassa-tibetain

Le Tibet a toujours été un haut lieu de pèlerinage pour les bouddhistes, et Lhassa renferme quelques-uns des édifices les plus sacrés au monde. Nous commençons notre tour des bâtiments religieux avec le monastère de Sera, le dernier à avoir été construit à Lhassa. Tous les jours à l’exception du lundi, les moines s’y retrouvent pour échanger sur la doctrine bouddhiste, et les voyageurs sont les bienvenus, à condition de se montrer discrets. Attention, il est situé à 4 000 mètres d’altitude, mieux vaut prendre le temps de s’acclimater avant de s’y rendre. 

Suite de la visite avec le temple de Jokhang, fondé en 647. D’emblée, on est frappé par la diversité des styles architecturaux, qui mêlent les influences tibétaines, népalaises et chinoises dans un ensemble des plus harmonieux. Il abrite une statue grandeur nature de Sakyamuni assis à l’âge de 12 ans. Depuis le toit du bâtiment, vous contemplerez une vue à couper le souffle sur le circuit des pèlerins, le Barkhor. 

Nous terminons par le temple de Ramoché, qui recèle une statue grandeur nature du bouddha Sakyamuni à l’âge de 8 ans, une salle d’écriture et la chambre à coucher des dalaï-lamas en résidence. Il se remarque de loin, grâce à son avant-toit de l’époque Han et au pic d’or qui le couronne. 

Le Norbulingka, le « parc aux joyaux » de Lhassa

norbulingka-le-parc-aux-joyaux-de-lhassa

Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en tant que partie de l’ensemble historique du palais du Potala, le Norbulingka, le plus grand jardin façonné par l’homme au Tibet, est une véritable prouesse architecturale, et un régal pour les yeux. Ici se côtoient des arbres fleuris, fruitiers et à feuilles persistantes, qui parviennent à s’épanouir malgré le climat aride et le soleil impitoyable du pays. Tout autour se déploient palais, pavillons et bassins, où nombre de Tibétains se recueillent et font leurs offrandes. 

Si vous avez la chance de vous rendre à Lhassa en été, vous pourrez assister à un évènement unique dans le parc de Norbulingka, la fête du yaourt. Les locaux organisent des repas sur les pelouses du parc et se lancent dans des danses traditionnelles. Un spectacle à ne manquer sous aucun prétexte !

Quelques tips pour voyager au Tibet

quelques-tips-pour-voyager-au-tibet

Même si le Tibet a proclamé son indépendance en 1913, son territoire demeure sous domination chinoise et, aujourd’hui encore, la répression y est sévère. Impossible donc de s’y rendre par les airs ou par la terre avec seulement votre passeport en poche. Pour avoir le droit de séjourner à Lhassa, vous devez disposer d’un visa chinois et d’une autorisation spéciale en bonne et due forme, laquelle ne s’obtient qu’auprès d’une agence de voyages agréée, détentrice d’une licence gouvernementale.

Pas d’improvisation sur votre parcours, l’itinéraire doit être défini en concertation avec une agence et, si vous partez à plusieurs, vous devrez être de la même nationalité. Les délais peuvent être longs pour accomplir ces démarches, comptez bien deux mois pour en venir à bout. 

En outre, Lhassa se situe à quelque 3 650 mètres d’altitude et il n’est pas rare de ressentir le mal des montagnes. Prenez le temps de vous acclimater et limitez les efforts physiques les premiers jours. Pensez à vous munir d’une crème solaire à fort indice de protection et de lunettes de montagne pour vous préserver des impitoyables UV.