Back to top

"Un navire de pierre immobile... un bateau de granit qui ne tangue pas..." Christophe Chabouté a une vision très imagée des phares qui n'est pas si éloignée de la vérité. Rigides, froids, sombres et humides... l'imaginaire collectif est sans pitié avec les phares et c'est bien souvent mérité : la majesté et la finesse ne sont pas les maîtres-mots lorsque vient le temps de leur construction. Il ne faut après-tout pas s'écarter de leur mission première qui est de guider navires et marins de jour comme de nuit, en cas de tempête ou non. Ainsi sont érigés les phares et ainsi vivent-ils : austères et solitaires. Pourtant, certains dérogent à la règle et nous éblouissent de multiples façons...

Phare Kjeungskjaer - Norvège

kjeu
Perché sur un minuscule récif à proximité de la commune d’Ørland, ce phare octogonal construit en 1880 éclaire de son rouge profond la route maritime encombrée du Bjugnfjorden. Sa structure de 20 mètres de haut permet aux pêcheurs et voyageurs marins de se repérer à l’approche du croisement entre le fjord de Trondheim et la mer du nord. Cette région est connue pour ses conditions climatiques capricieuses : la mer peut passer du calme à la houle en l'espace de quelques minutes seulement.

À l’origine, le phare était gardé en permanence,car le mauvais temps rendait les voyages sur le continent impossibles. Le gardien du phare y vivait donc avec sa famille. Le dernier gardien a quitté Kjeungskjær en 1987, lorsque celui-ci fut automatisé. 

Phare Tourlitis – Île d’Andros, Grèce

tourli
Le phare de Tourlitis se trouve sur un petit rocher escarpé situé à l’entrée du port d’Andros, sur la côte Est de l’île du même nom, dans l’archipel des Cyclades en mer Égée. Symbole magnifique de la ville, le phare de Tourlitis est en réalité une réplique du phare érigé en 1887, qui a été détruit pendant la Seconde Guerre Mondiale. Il s’agit du premier phare automatisé de Grèce.

Son architecture unique lui donne une des allures romanesques et fantastiques ; Jules Verne aurait facilement pu le dépeindre dans l'un de ses romans. Depuis Ándros, le phare de Tourlitis est un incontournable pour les navires de croisière dont les passagers raffolent prendre des photos. S’il est accessible uniquement par bateau, le phare reste malheureusement fermé au public.

Phare de Lindau – Bavière, Allemagne

lind
Ce superbe phare a été construit en 1856 à l'entrée du port de Lindau. De forme cylindrique, il fait face, du haut de ses 33 mètres de haut, à une fière statue de lion qui lui livre une féroce bataille de regard depuis plus d'un siècle. Le phare de Lindau a été mis en service en octobre 1856 pour remplacer le phare de la vieille Tour Mangturm construite en 1230.

Au cours de ses premières années, un gardien devait garder le feu allumé et actionner une corne de brume. Depuis 1936, le phare a été électrifié et a été automatisé au début des années 1990. Le phare est ouvert aux visiteurs depuis 2010 en tant que musée et est éclairé la nuit en tant que curiosité...

Phare de La Canée – Crête, Grèce

canée
Le phare de La Canée est l'un des monuments les plus fabuleux et l'un des plus anciens de toute la Méditerranée. Situé en bout de digue, il signale l'entrée du vieux port de la ville depuis plus de 400 ans maintenant. L'édifice se trouve à l'emplacement de l'ancienne tour dite « à feux », initialement construite par les Vénitiens à la fin du 16e siècle. Le phare actuel a été érigé pendant la période 1830-1840 alors que l'île de Crète était sous la gouvernance de Méhémet Ali vice-roi d'Egypte.

Il a une architecture plutôt originale : il ressemble à un somptueux minaret, doté d'un balcon.  La hauteur de l'ensemble de l'édifice atteint 26 mètres par rapport au niveau de la mer. Le monument ayant subi les assauts du temps et les dégradations dues à la guerre, a été rénové à plusieurs reprises. Malheureusement, l'accès à l'intérieur du phare et à la lanterne n'est possible qu'en de très rares occasions.

Phare de Rubjerg Knude – Danemark

ruj
Le phare Rubjerg Knude est situé dans la péninsule du Jutland au Danemark. L’importante érosion et l’avancée du sable sur le littoral ont conduit à l’abandon des bâtiments désormais enfouis, engloutis dans un désert. Le phare Rubjerg Knude est allumé pour la première fois le 27 décembre 1900. D’une hauteur de 60 mètres au-dessus du niveau de la mer, il a cessé de fonctionner en août 1968 et les bâtiments annexes sont depuis devenus musée.

L’ensablement étant trop important, le site sera finalement totalement abandonné en 2002. Si le phare résiste bien et surplombe son tapis de sable fin, les petites maisons sont maintenant partiellement enfouies sous les dunes, qui les dévorent petit à petit.

Phare Green Point – Afrique du Sud

grine
Le phare de Green Point est situé dans la Baie de la Table en Afrique du Sud, au nord de la ville de Cape-Town. Mis en service en avril 1824, le plus vieux phare d’Afrique du Sud a été agrandi par l’addition d’un étage supérieur en 1865. Aujourd’hui, l'ancienne maison du gardien comprend une petite installation pour les conférences, une boutique de souvenirs et un centre d’accueil.


Greenpoint a vu beaucoup de naufrages, le plus récent étant le SA Seafarer qui a été perdu en 1966. L’une des épaves les plus célèbres qu'ai vu le phare était celle de l’Indiaman Jonge Thomas qui se fracassa à terre près de l’embouchure de Salt River en 1773. Sur les 191 âmes à bord, seulement 53 ont survécu dont 14 ont été sauvés par Woltemade, qui a utilisé son cheval pour les traîner au rivage. Maudit ?

Phare de Saint-Théodore – Grèce

teo
Situé à quelques encablures d'Argostoli, capitale de l'île de Céphalonie, le phare de Saint-Théodore est une des réalisations architecturales les plus célèbres dans la région et surement l'une des plus somptueuses. Construit au 19e siècle par le gouverneur britannique de l'époque, le phare fut détruit en 1953 par le tremblement de terre qui secoua toutes les îles Ioniennes. Reconstruit en 1960, l'édifice possède une structure soutenue par vingt colonnes, lui donnant un air de stadium gallo-romain. Le phare est aujourd'hui toujours en activité.


Son nom de phare des Saints Theodoros lui vient d'une église construite juste à côté, portant le même nom. Le voir au coucher de soleil vaut assurément tous les spectacles du monde.

Tour d’Hercule – Galice, Espagne

hercu
Du haut de ses 41 mètres, il est le plus vieux phare encore en activité au monde : presque 2 000 ans d’Histoire et d’aide aux marins, à la recherche d’un guide dans cette zone tourmentée de l’Atlantique, le précèdent. Il est probable que la tour romaine construite au premier siècle venait en succession d’un édifice précédent, d’origine celtique, la Tour de Breogán. Des pièces de monnaie ont d'ailleurs été retrouvées, datées du règne de Néron à Domitien. Même après la chute de l’Empire Romain, le phare conservera toute sa superbe : malgré sa lumière désormais éteinte, il servira de point de référence diurne aux navigateurs du Moyen-âge. 


Une légende embrume l'histoire de ce phare. Elle nous parle d’un roi de Brigantium, Géryon, qui obligeait ses sujets à lui donner la moitié de leurs biens, y compris les enfants, pour son troupeau de taureaux. Géryon était, selon la mythologie grecque, un géant à trois têtes. La population demanda alors l’aide d’Hercule, qui, après trois jours et trois nuits de durs combats, le terrassa finalement. Il s’agissait du dixième de ses célèbres travaux. Le héros enterra alors les têtes de Géryon et lui construit un tombeau surmonté d’une torche, la Tour d’Hercule.