Back to top

Berceau de civilisations pré-incaïques, voisine du site archéologique de Chan Chan, Trujillo se déploie sur la côte nord-ouest du pays. Capitale de la région de La Libertad et capitale culturelle du pays, elle possède un patrimoine historique et naturel d’une richesse insoupçonnée et une atmosphère authentique.

La Plaza de Armas, centre de l’histoire de Trujillo au Pérou

L’image typique de Trujillo renvoie à la Plaza de Armas, sa place centrale. Ce large espace dominé par une statue monumentale au centre est entouré de bâtiments peints de couleurs vives. Même la majestueuse cathédrale se trouve parée d’un jaune éclatant. Au-delà de son esthétisme, la Plaza de Armas a une place à part dans l’histoire de Trujillo. Elle représente le lieu choisi par le marquis de Torre Tagle en 1820 pour déclarer la ville indépendante de l’Espagne, la première au Pérou. En 1534, c’est là que le conquistador Diego de Almagro décide d’établir une ville qui sera reconnue par Francisco Pizarro en mars 1535.

Cependant, Trujillo, superbe ville à l’architecture coloniale, existait déjà bien avant l’arrivée des conquistadors. Proche de l’océan Pacifique, dans le nord du Pérou, ce territoire peuplé depuis plus de 10 000 ans a été témoin de l’émergence, la prospérité et la chute de plusieurs civilisations précolombiennes et pré-incaïques.

La civilisation brillante des Moches — ou Mochicas — a notamment laissé des traces encore vivaces. Ce peuple à la culture riche a vécu entre le premier siècle et le huitième siècle de notre ère. Expert dans le travail de l’argile comme le prouvent de superbes céramiques, il se démarque par ses constructions en adobe, mélange de sable, d’argile et de végétation. À la lisière de l’actuelle Trujillo, deux ensembles de constructions de forme pyramidale aux sculptures impressionnantes, la Huaca de la Luna, centre religieux, et la Huaca del Sol, centre administratif, sont des vestiges de la capitale de ce peuple aussi raffiné que redoutable.

Chan Chan, la plus vaste ville en adobe au monde 

chan-chan-la-plus-vaste-ville-en-adobe-au-monde

Des crues à répétition du fleuve Moche qui traverse la région ont entraîné le déclin des Mochicas. Leur disparition a favorisé l’émergence de la culture Sican puis de l’empire Chimu entre 900 et 1470. Chan Chan, sa vaste capitale, se trouve à quelques kilomètres de Trujillo. Cet impressionnant site archéologique tout en adobe, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, comprend une dizaine de citadelles fortifiées. Les murs portent des sculptures aux détails exquis représentant des animaux ou des créatures anthropomorphiques. De même, la Huaca del Dragon, plus proche de Trujillo, comporte des bas-reliefs ouvragés bien conservés.

Outre ses trésors archéologiques, la capitale de la région de La Libertad est aussi fameuse pour son littoral. À moins de cinq kilomètres du centre-ville, Huanchaco se présente comme une station balnéaire populaire. Les Péruviens la rejoignent pour goûter aux plaisirs de la plage, s’essayer au surf et admirer les caballitos de totora. Ces « petits chevaux de roseaux » sont des embarcations construites à partir de végétaux utilisées par les pêcheurs de la région depuis des millénaires.

Dans un autre registre, Trujillo est considérée comme la capitale culturelle du Pérou. La troisième plus grande ville du pays après Lima et Arequipa accueille chaque année un festival d’envergure, la Marinera. Il célèbre une danse traditionnelle.

Les touristes internationaux visitent peu le nord du Pérou et lui préfèrent le sud. Après Lima, ils mettent généralement le cap sur le Machu Picchu avant d’explorer des villes telles que Cusco ou Huacachina. Un séjour à Trujillo couplé avec une découverte de Huanuco offre pourtant une perspective toute autre sur ce pays fascinant à bien des égards.