Avec 300 000 habitants, Sucre est la sixième ville de Bolivie en termes de population. Capitale constitutionnelle, elle accueille la Cour Suprême, alors que La Paz est la capitale administrative et le siège du gouvernement. Fondée en 1538 par le conquistador Pedro de Anzures, Sucre est située sur les hauts plateaux du sud de la Bolivie, à 2 810 mètres d’altitude. Elle abrite une vieille ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, une immense cathédrale du XVIe siècle, siège de l’Église catholique romaine du pays, de nombreux musées célébrant l’histoire et les cultures locales, et un parc paléontologique peuplé de dinosaures grandeur nature.

Découvrir la ville historique de Sucre lors d’un voyage en Bolivie

ville historique de Sucre

Baptisée Ciudad de la Plata de la Nueva Toledo (Ville de l’Argent de la Nouvelle Tolède) par les colons espagnols, la ville a été renommée Sucre en l’honneur du Vénézuélien Antonio José de Sucre, vainqueur de la bataille d’Ayacucho en 1824, qui a conduit à l’indépendance des pays d’Amérique du Sud. La ville est également surnommée La Ciudad Blanca, la Ville Blanche, en raison de ses maisons et monuments aux murs immaculés. Érigés entre le XVIe et le XIXe siècle, ces bâtiments coloniaux sont représentatifs des styles architecturaux importés (Renaissance, gothique, baroque, néo-classique...), mêlés aux influences locales. 

Les visiteurs peuvent notamment admirer la Maison de la Liberté, construite en 1621, dans laquelle Simón Bolívar rédigea la Constitution de la Bolivie. La Déclaration d’Indépendance y est d’ailleurs toujours conservée. La ville possède aussi d’innombrables édifices chrétiens. La cathédrale métropolitaine se détache fièrement sur la place 25 de Mayo. Le monastère néo-classique San Felipe de Neri, bâti autour d’un cloître, offre de sublimes vues sur la cité depuis ses toits, tout comme le couvent-musée de La Recoleta. Des musées, Sucre en compte tout un éventail, et il y en a pour tous les goûts : musée colonial, collection privée du docteur Alfredo Gutiérrez, musée militaire, musée du Trésor, musée de l’art indigène...

À la rencontre des habitants de la sixième ville de Bolivie

a-la-rencontre-des-habitants-de-la-sixieme-ville-de-bolivie

Sucre est une ville très vibrante, idéale pour expérimenter l’art de vivre local lors d’un voyage en Bolivie. Comme souvent en Amérique du Sud, les marchés permettent de se mêler aux habitants et de découvrir les produits et les spécialités de la région. On peut citer le Mercado Campesino, près du stade olympique, le Mercado Central, avec ses multiples étals de street food, ses cocktails de fruits exotiques et ses énormes avocats, et le Mercado Negro, proposant vêtements bon marché et tenues traditionnelles. La ville regroupe également un grand nombre de cafés branchés et de restaurants gastronomiques.

visite du parc du Crétacé

Atypique et incontournable, le Cementerio General est un parc arboré parsemé de chapelles sophistiquées et de tombes hors-sol. Parfait pour côtoyer la population, il est très fréquenté le week-end. Enfin, tout comme les familles sucréniennes, vous apprécierez la visite du parc du Crétacé. Situé au nord-est de la ville et accessible en bus depuis la place 25 de Mayo, il abrite des reconstitutions grandeur nature de dinosaures, ainsi que de fascinantes empreintes figées sur une surface calcaire, que les mouvements de la croûte terrestre ont transformée en falaise. 

Quelle météo en Bolivie ? Quand partir ?

La Bolivie se trouvant dans l’hémisphère sud, les saisons sont inversées par rapport à l’Europe. Cependant, la météo en Bolivie varie en fonction des régions et de l’altitude. À Sucre, il y a une saison sèche et une saison humide. La saison des pluies s’étend d’octobre à mars et est plutôt déconseillée pour vos vacances. D’avril à octobre, les températures maximales moyennes tournent autour de 20 °C. Les mois de mai et juin sont les plus secs, mais aussi les plus frais, avec des températures minimales allant de 5 à 7 °C. Si vous vous demandez quelle est l’heure en Bolivie, sachez que le décalage horaire est de six heures en été : quand il est 16 heures à Paris, il n’est que 10 heures en Bolivie.