Blottie au cœur de l’une des plus belles baies de Cuba, Cienfuegos mérite son surnom de «Perle du Sud» : des ruelles coloniales aux teintes pastel d’où s’échappent des mélodies latines, des plages habillées de palmiers, des places animées et autres bâtisses historiques rappelant le riche passé de cette cité... Cienfuegos ne se visite pas, elle se vit !

Le centre historique classé au patrimoine mondial de l’UNESCO

Le Centre historique de «La perle du Sud», inscrit au patrimoine de l’UNESCO en 2005, regorge de vieilles bâtisses, témoins de son riche passé colonial. Un voyage dans le temps qui commence au Parque José Marti, ancienne Plaza de Armas autour de laquelle la ville s’est construite en 1819. Les bâtiments à l’architecture néoclassique ceinturant la place sont l’empreinte du passé français de la cité, lorsqu’une quarantaine de familles venues de Bordeaux et de Louisiane française, menées par le colonel Louis de Clouet, y posent leurs valises.  

En passant devant l’arc de triomphe, laissez-vous conter l’histoire de ce monument érigé en l’honneur de José Marti, fondateur du parti révolutionnaire cubain. Prenez une pause au kiosque à musique où jouent régulièrement des musiciens et admirez la place : la Cathédrale de la Purísima Concepción, qui dévoile ses façades immaculées construites lors de la colonisation espagnole, le Collège San Lorenzo et l’ancien Lycée de Cienfuegos, aujourd’hui Biblioteca Provincial, ainsi que le Palais du Gouvernement. Le Théâtre Tomás Terry fut bâti en 1889 en l’honneur d’un homme d’affaires qui fit fortune dans le commerce d’esclaves et qui alla jusqu’à offrir, en vain, 50000 pesos au gouverneur de Cuba pour qu’un monument soit érigé en son nom, vœu finalement accompli par ses héritiers.

Avant de quitter la place, les amateurs de danse latine feront une halte à la Casa de la Cultura dans le Palacio Ferrer pour assister à un cours de salsa.  

Un littoral colonial empli de charme

un-littoral-colonial-empli-de-charme

Le somptueux littoral de Cienfuegos est bordé par un Malecón, semblable à celui de La Havane, sur lequel il est indispensable de s’offrir une promenade! Baptisée «le Paseo El Prado», l’artèrelongeant la plage demeure l’une des plus grandes de Cuba, débutant à la rivière El Ingles et s’achevant à la Punta Gorda.

À l’intersection de la Calle 54, arrêtez-vous devant la statue grandeur nature du chanteur cubain renommé Benny Moré, qui définissait Cienfuegos comme «La Ciudad que más me gusta», littéralement «la ville que je préfère au monde». Et pour cause : difficile de ne pas se laisser envoûter par l’atmosphère chaleureuse de ce chemin bordé de nombreuses bâtisses à l’architecture néoclassique. Arrêtez-vous devant la façade bleu pastel du Palacio Azul, construite en 1921 pour être le lieu de villégiature d’un riche commerçant de tabac, ou prenez le temps d’une pause gourmande au Palacio de Valle, aux somptueuses courbes mauresques, gothiques et romanes. Construit en 1917 par un marchand de sucre, il est aujourd’hui rénové en hôtel restaurant. Sur votre chemin, chaque endroit du Malecón sera un belvédère unique pour observer de somptueux couchers de soleil sur la baie.  

Tout au bout, la forteresse de Jagua se dresse fièrement face aux eaux limpides de la baie et contera ses secrets aux amateurs d’histoires de pirates et corsaires. Construit en 1745, le bâtiment militaire protégeait la baie des pirates des Caraïbes. Aujourd’hui, il est possible de déambuler sur son pont-levis, ses esplanades bordées de canons et dans sa prison, sa chapelle et le bureau du Gouverneur du Fort. 

Lovée dans une baie idyllique, Cienfuegos sera également le point de départ idéal pour partir en promenade dans les archipels de la côte sud, entre les Jardins de la Reine et les Canarreos.